Alors celui là je l'ai cogité des semaines... Au début du printemps, j'ai fait des plans, des listes... revues et corrigées sans cesse. Certain(e)s jardinier(e)s, fonctionnant à l'instinct et au coup de coeur, trouveront ma méthode morose et sans fantaisie mais je vous assure que ce petit casse-tête renouvelle un plaisir fou : celui d'imaginer.

Il faut voir que je ne me déplace jamais en jardinerie (plus en tous cas) je prépare tout sur papier et je passe commande sur internet. Pas question pour moi de vider un plein d'essence pour ramener 3 lobélias.
Pour quelques spécimens ordinaires et mes plans potagers, je me fournis dans un petit magasin du centre ville qui vend des articles agricoles. L'avantage c'est qu'en cliente fidèle, je me vois souvent offrir quelque chose : un basilic un peu assoiffé, une cagette de cyclamens invendus... L'inconvénient c'est qu'il a très peu de choix, généralement des plantes archi "ordinaires"...

Pour en revenir au net, j'achète des mini-plans ou des vivaces en souche, il faut donc une capacité certaine à se projeter la taille, le port et la couleur ! Pourtant, c'est passionnant et cela réserve bien des surprises ! Pas toujours excellentes d'ailleurs mais peu importe, c'est MA façon d'aborder le jardin et d'apprendre (en faisant des erreurs, oui oui c'est mon credo !)

J'ai posé à plat toutes les contraintes : partie en pente, terre sableuse, sèche plutôt pauvre : un univers de pins... le tout loin du point d'arrosage ! Un vrai casse-tête pour moi, qui suis encore et pour longtemps une jardinière débutante !! J'ai choisi mes spécimens sur catalogues papiers ou virtuels ; l'objectif étant d'installer des vivaces et de ne plus intervenir avant 2-3 ans... Quoique j'aimerais quand même y ajouter des bulbes de printemps lorsque ce sera le moment !

Le massif en question est à l'entrée du jardin, après le portail à gauche quand on entre, il a pris sa place entre le mur du voisin et le chemin qui descend à la maison. De forme triangulaire, il s'arrête au premier pin qu'il rencontre (on aperçoit le tronc sur la droite).

DSC05566
Massif "triangle" après plantation, au 1er mai 2012

 

DSC05565
Autre vue du massif "triangle" au 01/05/2012
-oui je sais ça fait clair-semé mais ça ne va pas durer-

 


Cet espace doit absolument attirer l'oeil car coté droit c'est ce qui s'appelle une belle verrue (coin débarras des déchets verts du jardin).

DSC05567
"Verrue" + chien

 

Les étapes :

- DESHERBER à plusieurs reprises. L'opération n'était pas trop pénible pour une fois : il ne pousse pas grand chose à cet endroit, pas beaucoup de chiendent. Je ne suis pas sure que ce soit bon signe d'ailleurs !

- PLANTER. J'avais commandé des cléomes, des gaillardes, des lupins, des vittadénia, des echinacea. J'y ai rajouté des semis -spontanés- de cosmos et de dahlias, des lavandes qu'on m'a donnée (mais 2 semblent n'avoir toujours pas repris). Ma maman m'a amenée deux "marguerites d'été" ; j'en ai fait 5 plans ! Mais les feuilles me font penser plutôt à des chrysanthèmes ?! J'ai déplacé ici les graminées (pennisetum) que j'avais mis l'année dernière dans mon massif "coin repas" (je reparlerai de son look 2012 à celui-là dans quelques temps).

Ah oui, j'ai mis aussi un buddleia que j'avais trouvé chez LiDL. D'ailleurs il faudra probablement le déplacer si j'en crois les tailles mentionnées sur des articles lus : H 3-4 m, diam 2-3 m !! Ou envisager faire le vide à son pied lorsqu'il va se développer ??! Je n'ai aucune expérience de cet arbuste. Qu'en pensez-vous ? J'espère que ça se déplace facilement un buddléia ? En tapant cela, je me dis que la question est absurde : comment peut-on déplacer FACILEMENT un arbre de 3 m ?!?!!

Bref. Je me fais une vague idée du volume du massif, vaguement des couleurs sachant il y aura des surprises (notamment les échinacea et les lupins car je les ai acheté "en mélange").
Pourvu que ce soit un minimum har-mo-nieux !

- NOURRIR. Je n'utilise pas d'engrais chimique que du naturel. A la création d'un massif, j'utilise du compost maison, mais là pour le coup il n'était pas mûr (je l'ai trop tassé : j'ai bourré à mort mon composteur ! pas bieeeennn !!).
Alors, j'ai mis une -petite- poignée de corne broyée et de sang séché (pouark) pour chaque plan.

- ARROSER. Une fois tous les plans installés, j'ai arrosé (à l'arrosoir) : opération fastidieuse car l'arrivée d'eau n'est pas à coté !! Trop d'aller-retour pour mes bras de brindille : pas question de réitérer l'opération tous les deux jours déjà que je ne suis pas une maniaque du tuyau.

-PAILLER. Dès que possible, on prépare du BRF pour pailler tout ça !! Chose faite le 27 mai. J'adore le rendu, ça fait naturel et propre !

J'avais déjà eu l'occasion d'utiliser ce qu'on appelle le BRF c'est à dire Bois Raméal fragmenté dans mon précédent jardin avec les déchets de taille de la haie ; ici on a utilisé des branchages issus du nettoyage du jardin et la broyeuse de végétaux prêtée par des amis (merci, merci, ce BRF c'est de l'or pour mon jardin !).
J'ai pu pailler 4 massifs et tous les pots de la terrasse mais je n'en n'avais pas assez pour le potager... Ce qui est génial avec ce matériau (en plus qu'il soit gratuit, qu'il recycle les déchets du jardin, qu'il permette d'espacer les arrosages et d'éviter les désherbages) c'est qu'il améliore la composition du sol !
Il crée de l'humus...

(silence admiratif)

Mon but étant d'installer des massifs de fleurs petit à petit, saison après saison et de les laisser se débrouiller tout seuls (car pendant ce temps-là, j'éradique les verrues j'apprivoise et défriche d'autres endroits du jardin). C'est pourquoi je n'ai pas donné la priorité au potager avec le BRF car j'y interviens assez souvent pour biner (heu c'est moi qui ai écrit ça ?). Et il y a encore tant à faire dans ce grand jardin...

D'autres PHOTOS dans un prochain billet de l'évolution de ce massif "triangle" spécial sec avec le BRF et les plants bien poussés...

-------------------

Rappels sur le jardin de Mlle Brindille : 1500 m2 de terrain, arboré principalement de pins, envahi -par endroit- d'accacias (rejets par milliers) et de mûriers de Chine (idem rejets). D'autres arbres et arbustes essaient de tirer leur épingle du jeu et n'en sont pas très esthétiques... mais je n'aime pas arracher des arbres. Je pense que tout le monde aura sa place, il faudra tailler ou déplacer c'est tout. Une des priorités étant de nettoyer les envahisseurs décrits plus haut pour mettre en place des scènes plus décoratives !

Et aussi, quelques mots sur le climat :
Comme les pins le laissent supposer, on se trouve en climat méditerranéen (à une heure de la mer -en roulant très vite sur l'autoroute).
Il s'agit d'apprivoiser la sécheresse... et dire que je rêve de jardins anglais ! Pas facile de cultiver le romantisme en plein cagnard ! La lumière est souvent trop violente pour sublimer les tons pastels...
Quant au mistral, il rend fou.

Je ne me suis pas encore résignée à penser 100% lavandes, sauges, cystes et cie mais ça viendra peut-être avec l'expérience ! Surtout que je limite beaucoup les arrosages