Il est un tout petit massif dont je n'ai parlé qu'une fois ICI (le 24 mars 2011, dans l''euphorie de sa création !) mais qui m'a toujours causé des soucis...

Peu après mon arrivée dans la maison (décembre 2010), j'avais désherbé (à la main) un petit bout de jardin -sous la fenêtre de ma cuisine- pour y installer quelques petites "choses " de printemps. C'était le tout premier massif que j'ai installé.
Il était mignon et gai au printemps, mais l'été il se trouvait envahi par le chiendent qui compose mon "gazon" !

J'ai cherché des photos, le voici en mars 2011 :
DSC04394

En mai 2012 :
DSC05546
Rosier inconnu en pot, fétuque bleue, lychnis...

Hier, le 16 mars 2013, le temps permettant deux heures de jardinage matinal avant la pluie, je me suis penchée sur le cas dudit massif.
A quelques jours du printemps, il était complètement envahi de mauvaises herbes (oui je sais c'est pas beau de parler comme ça ! Ici je tolère plein d'adventices mais le chiendent j'ai du mal en dehors du gazon -maudit).

Désherber et désherber encore : raz le bol ! Alors, je l'ai rendu à la nature !
Bye bye le petit massif de printemps.

Quand je revois les photos de 2011 j'ai un gros pincement au coeur. Ai-je bien fait ?

DSC04395

Hier :

 

DSC06435

(La photo a été prise dans l'autre sens par rapport aux premières...)

 


DSC06437L'avantage : moins pénible pour tondre, c'est Monsieur Brouette qui est content !
Pour moi : fini le désherbage délicat. Le chiendent étant plus fort que mes petites mignonnes de printemps : tout était foutu en l'air quand je tirais une racine...
En bordure de la terrasse, le printemps sera désormais en pots, et pis c'est tout !

J'ai sauvé ce que j'ai pu. La fétuque bleue est partie dans le massif "triangle"au sec, un mini-rosier et les 2 oeillets de poètes : zou en pot.
Pour le reste... Je n'ai pas retrouvé de myosotis, ni pu extirper des crucianella sans massacre, aucun muscari ni primevère en vue non plus !
Des achats s'imposent pour composer de jolies petites potées de dernière minute, pour ne plus déprimer en jetant un oeil par la fenêtre de la cuisine !

Savoir renoncer face à la nature...

... En tout cas pour cette année !
Je ne peux pas renoncer définitivement à égayer cet endroit là, en revanche à l'avenir je vais essayer de mieux m'y prendre.
Il faut désherber sur une longue période, sans relache, c'est ce que j'ai fait ICI et ça a bien marché. Il faut mieux préparer le sol.
J'ai déjà ma petite idée pour les plantations mais ça sera pour plus tard, pas trop de projets à la fois !